31/08/2004

Factice,

Voilà ce que je suis, car quand le coeur se ferme, le corps s'ouvre, c'est ma façon de réagir à la douleur, car je ne veux pas faire de moi un animal blessé, je ne veux pas faire de moi une petite chose fragile, jamais, alors j'erre, mes nuits se transforment en cauchemard, quoique, ce cauchemard me plait, j'aime à me donner à donner mon corps donner mon sexe, ce que j'ai de plus doux et de plus mieilleux, j'aime  satifaire leurs désirs j'aime et j'en prend même du plaisir, et si mon coeur lui reste bien enfermé dans sa petite cage dorée d'où plus personne, non plus personne ne viendra jamais le tirer, mon corps et mes désirs eux se donnent en entier, et j'aime à chaque fois, bizarre me direz vous mais si d'une certaine manière j'aime à chaque fois, à chaque caresse à chaque claque sur mes fesses, et dans mes nuits de folies de débauches et d'envies, je trouve toujours parmis Eux, une femmes belle et sensuelle aux formes arrondies et fières qui me fasse penser à toi, il y à toujours une courbe de rein qui me fait mordre sur mes lèvres, il y à toujours des cheveux tombant dans la nuque que j'ai envie d'agriper, après les avoir carresés, il y à toujours un petit air de toi dans chacune de mes rencontres nocturnes, je ne gagne même plus ma vie, je ne vais plus au cub depuis une semaine et je préfère les endroits feutrès ou les filles sont toujours admises même seule, surtout seule. Je danse toujours come tu l'aimais, fière sur la piste mes seins arrogants et haut perchés recherchant le contact, recherchant les bouches qui se poserait sur moi, qui me donnerait envie de toi, je ne te trouverais pas et je réinventerais ton corps sur leleur, leurs seins deviendrons les tiens leur hanches porterons ton tatouage, leur nombril notre percing, et l'acool aidant, elles auront ta voix, ton odeur et jusqu'a ton gout quand je les fouillerais de ma langue et que je découvrirais chaque endroit de leur sexe, je les aimerais oui, le temps d'un orgasme elles seront toi et je me donnerais à elles, à leurs compagnons, qui me feront l'amour comme je les ferait jouir, avec mes doigts je te chercherais en elle, je chercherais les cris et les soupirs je chercherai les yeux et le regard, avant de partir dans un orgasme qui n'est pas le mien car il n'est pas tien, un orgasme de débauche, que j'apprend à connaître, car oui je jouis, une jouisance factice qui rattrapera un jour peut-être  la tienne......

16:18 Écrit par lucy | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Une cage dorée ... ... ça dure vraiment toujours ? Pas si sûr...

Écrit par : M | 31/08/2004

Suis de retour... Désolée pour toi qu'elle sois partie mais avec toujours le même désir de te lire...

Écrit par : Christ | 31/08/2004

Le plus important... Côté corps ou côté coeur?

Écrit par : untel | 31/08/2004

. Je passe en silence ......

Écrit par : Jardin Secret | 01/09/2004

Elles sont toutes un peu moi et pourtant toutes si loin de l'être. Partie peut-être pour mieux revenir qui sait. La dualité de nos esprits nous éloignent mais nous rapporchent aussi. On a besoin de nous mais d'eux aussi alors que faire ?
Les sacrifiés eux pour nous ? Notre mondre privilégies un nous eux, qu'un nous rien que nous. Le temps parfois arrange ou fais avancer les choses, l'avenir dira si nous serons encore nous.

Écrit par : L'inspiratrice | 02/09/2004

est-ce elle... Elle vient t'écrire, c'est bon signe non???

Écrit par : Christ | 02/09/2004

Un petit sourire en passant Bizz
Val

Écrit par : Val | 02/09/2004

Les commentaires sont fermés.