17/08/2004

Retour...

Faut-il coire en une heureuse vision de l'avenir, une heureuse prévision, je ne veux pas savoir ni pourquoi ni comment, 20 minutes après l'écriture de ma détresse : "Serais gare de Lyon à 12h10, j'ai besoin de toi, sois là, je t'm".
 
Non aucune hésitations, aucune rancoeur, aucune fierté mal placée, non je ne me punirai pas en te faisant du mal et oui j'étais au rendez-vous et pour la première fois depuis que nous sommes amantes autant qu'amie, tu m'a enlacée, tu m'a embrassée là, bien loin de l'intimité de notre nid, mais oui là, au milieu de cette gare qui en ce mois d'Août grouille de voyageurs divers, je n'ai même pas senti un seul de leurs regards quand je t'ai pris la main pour nous diriger vers le taxi et dans la semi-intimité de cette voiture nous n'avons pas dit un mot pas émis un son, juste à peine un souffle, j'ai été étonnée par ton sourire qui malgré la blessure que je ressent est éclatant.
 
Chez nous je te laisse réapprivoiser nos murs, je prend le téléphone, le club, je ne serais pas là ce soir, tu as besoin de moi, je serais à toi, pour rire pleurer ou jouir, je ne le sais pas encore, mais nous serons deux.
 
Je te fais couler un bain, assise sur le bord du lit tu attend sans doute que je te pose les questions dont je n'ai nulle envie de connaître les réponses et je m'installe derrière toi, je colle mon ventre contre ton dos, je détache tes cheveux qui coullent en cascade sur tes épaules, je les caresse et les lisse de mes doigts, je t'apprivoise, tu redeviens mienne et ta nuque se relache sous la rpession de mes seins, je te déshabille sans un mot, aucun sont n'est encore sorti de ta bouche depuis que tu es là. Je te demande si tu a soif, en réponse tu retiens ma main sur ton épaule et embrasse mes doigts, le tourbillon et les frisson reviennent comme si cette semaine loin l'une de l'autre n'avait jamais existé, je t'entraîne avec moi dans l'eau chaude et là ton sourire répond au mien, je souffle sur toi la mousse blanche dont les bulles, qui contrastent avec le doré de ta peau, vont s'éclater sur ta poitrine, j'ai envie de toi, comme la première fois, comme la dernière fois, comme toujours, une envie de tendresse sauvage, je te caresse doucement avec l'éponge remplie d'eau que je laisse vite tomber au profit de mes mains qui te redécouvre dans tout les détails de ta peau, tes seins fiers et pleins, ton ventre rond et doux, ton sexe soyeux et gourmand et les jambes qui m'entourent si douce que dans mes rêves, je te retrouve enfin et je veux te déguster petit à petit du bout des doigts au bout des lèvres, et de sourires en fou rires, de silences entendus en soupirs, nos mains se croisent allant chacune chercher le désir chez l'autre, chaque centimètres de nos peaux sont érogènes et nous faisont l'amour, de tendresse en murmures, de râles en abandons, nous jouissons dans un seul cri..... Je t'aime

13:33 Écrit par lucy | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Commentaires

Le retour... ... s'est fait attendre... il en valait la peine... ;-)

Écrit par : M | 17/08/2004

... Tout cela m'ouvre le désir...

Écrit par : Christ | 17/08/2004

... mëme sensualité dans mon dernier poste
Partir à la découverte du plaisir sans égoïsme
offrir & recevoir

Écrit par : untel | 17/08/2004

Des envies... De voyages sur des peaux inconnues...

Écrit par : Neige | 17/08/2004

Cette femme Que tu aimes me semble si belle a travers tes mots.

Écrit par : Le rêveur. | 17/08/2004

"Christ" mon alliance je constate que quand je clique sur ton lien "Christ", je tombe sur mon blog. Une erreur ou un voulu

Écrit par : untel | 17/08/2004

sensualité magnifique!

Écrit par : elle | 17/08/2004

Se quitter pour mieux se retrouver, pour mieux profiter de l'autre.
La distance est parfois cruelle mais aussi très belle. L'envie et le désir grandissent pour exploser lors de nos retrouvailles

Écrit par : L'inspiratrice | 18/08/2004

Très joli Après la souffrance, la délivrance.

Écrit par : Jardin Secret | 18/08/2004

Apparemment... Tu es trop occupée...alors, je repasserai...

Écrit par : Christ | 19/08/2004

... suis passée t'embrasser car je pars en voyage d'amour...

Écrit par : Christ | 21/08/2004

Mais ... Quel douceur dans ces mots ... Il est impossible de pas croire à l'amour après avoir lu ces lignes ... Ta compagne a bien de la chance ... J'espère qu' elle en a conscience ... Je vous envie et poutant je suis un hétéro pur et dur mais là c'est trop beau ... Quand tu racontes ... Je vois le film qui se joue devant moi et c'est merveilleux ... Une sorte de plénitude ... De quiètude émane de tous cela ... Encore chapeau pour le texte ...A+

Écrit par : Marc | 23/08/2004

..... les +beaux mots au monde ....

Écrit par : Absintheae | 29/08/2004

Les commentaires sont fermés.